Phobos 4 de Victor Dixen

Titre : Phobos 4
Saga :  Phobos (tome 4)

Auteur : Victor Dixen 
Qui est il? Un écrivain français, assez globe trotter, qui écrit la nuit au lieu de dormir.

Du même auteur : Les autres tomes de la saga Phobos ici et Phobos 2 , Phobos 3 ici

Genre : Science fiction 

Œuvre : Lancement des chaînes des pionniers dans
3 secondes…
2 secondes…
1 seconde…
Ils peinent à reprendre leurs marques.
Ils sont les derniers survivants du programme Genesis. Après avoir traversé un désert de solitude, ils sont emportés par un tourbillon de célébrité.
Elle peine à reprendre son souffle.
Obsédée par des questions sans réponse, Léonor refuse les honneurs et les caméras. Le danger planant sur la planète bleue est-il vaincu pour toujours ? Les secrets hantant la planète rouge sont-ils enfouis à jamais ? Et si, d’un bout à l’autre du système solaire, tout pouvait basculer à nouveau ?
Même si l’angoisse mène au bord de l’asphyxie, il est trop tôt pour respirer.

Nombres de pages : 650 pages

Lien sur Livraddict ici 

Édition : Édition Robert Laffont

Prix : 18.90€


Mon avis

L'année dernière, je m'étais envoyée les trois premiers tomes de Phobos quasiment d'une traite tellement j'avais apprécié cette saga futuriste. Ça faisait donc longtemps que j'attendais que ma médiathèque acquiert le dernier tome de la saga et j'ai craqué dès que je l'ai vu. Attention, la suite de l'article contient des spoilers vis à vis des tomes précédents.

En résumé, les pionniers de Mars sont de retour sur Terre après avoir mis hors état de nuire Serena Mc Bee. Avec chacun leurs projets et leurs chaines personnelles toutes nouvelles, ils vont enfin pouvoir s'exprimer de leurs propres voix mais Mars n'a pas fini de les rattraper. 

Pour la forme du livre, j'ai en toute honnêteté pas vu passer le temps à la lecture de ce dernier tome. J'ai été comme happée par l'écriture de l'auteur. Je dois même avouer que les 150 dernières pages, je les ai lues sans relever mon nez du livre et je me suis rendue compte que j'étais en plein milieu de la nuit. Vous vous doutez donc qu'une fois de plus, Phobos a été un agréable moment de lecture. L'introduction d'images à l'intérieur du livre est très enrichissant selon moi. J'aime toujours autant la rédaction du livre à travers des bandes situant le texte dans le temps, le lieu et le moyen de communication. Tout cela rend la lecture simple et accessible. 

Pour le fond du livre, j'ai retrouvé mon amour pour les pionniers dans ce tome avec chacun leurs identités propres. J'ai beaucoup apprécié les retrouver dans leurs singularités pour une fois et non dans le groupe. J'ai également retrouvé le personnage fort de Léonor ce que j'ai vraiment adoré. Je trouve que c'est le tome le plus enrichissant en terme de découverte de ce personnage. Je l'ai trouvé naturelle, authentique, profonde dans ce tome, pour moi elle est le protagoniste qui crève l'écran ici. 
Pour l'intrigue, j'ai aimé sortir de l'histoire de Mars pure et dure. Retourné sur Terre avec de nouvelles intrigues et péripéties est vraiment ce qui fallait pour relancer l'histoire qui prenait un peu de lenteurs dans les précédents tomes. Pour ce dernier tome, l'intrigue est totalement relancée. Le dénouement est quant à lui inattendu et m'a absolument subjugué. Je regrette d'ailleurs que la saga s'arrête sur ce dénouement, j'aurai aimé plus après. 

Les plus : une intrigue relancée, des personnages prenants, une mise en forme qui garde les éléments qui font la réussite des précédents tomes.

Les moins :  un dénouement trop rapide, une envie de suite.

En résumé, j'ai adoré ce dernier tome qui clôt une saga que j'ai aimé du début à la fin. Ce quatrième tome est juste ce qui fallait pour relancer l'intrigue et finir en beauté Phobos. Ici, les personnages sont encore plus prenants que dans les précédents tomes et l'intrigue est une vraie pépite.

Note

19/20 


Challenge

ABC Challenge 2018 : lettre D 

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La lecture numérique et moi

Sept contes de Michel Tournier

Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé