Vingt quatre heures dans la vie d'une femme de Stephan Zweig

Depuis le temps que ce livre était dans ma wishlist, je l'ai enfin déniché dans ma médiathèque.

Couverture Vingt-quatre heures de la vie d'une femmeTitre : Vingt quatre heures dans la vie d'une femme

Auteur : Stephan Zweig
Qui est il? Un écrivain juif qui a su montrer son talent dans quasiment tous les domaines littéraires et qui s'est malheureusement donné la mort à la vue des horreurs de la seconde guerre mondiale.

Genre : classique

Œuvre : Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez la fugitive.

Nombres de pages : 128 pages

Édition
: Le livre de poche

Prix : 2€

Mon avis :

L'intrigue : on retrouve une histoire qui sur le fond parait simple mais qui est totalement compliquée. Ce n'est pas une simple relation menant à une histoire d'amour ; ici on parle d'aide, de reconnaissance et d'empathie. L'histoire est rendue originale par sa durée, son thème et la manière par laquelle elle est amenée et racontée.

Les personnages : ils répondent à des critères spéciaux avec une classe sociale attitrée et donc un certain rôle à jouer. Ainsi, cette femme de bonne famille veuve n'a pas  à s'afficher avec un jeune homme dans un petit hôtel, tout comme Mme Henriette n'a pas le droit d'abandonner mari et enfant sur un coup de tête

Les émotions : tout le récit de la femme est un enchainement d'émotions, de sensations. La peur, la honte, la détresse, la pitié, la joie,... tout y est dépeint avec une force et animation sans faille. C'est un texte qui se vit plus qu'il ne se lit. On peut parfois se sentir un peu perdu face à l'accumulation successives d'émotions parfois contradictoires au fil des pages.

Le style et l'écriture : tel une autobiographie emmêlée de cette femme dans celle de l'homme, on découvre un style oral se voulant très littéraire. Je n'aime pas les textes écrits pour retranscrire des paroles orales mais dans le cas présent cela ne m'a pas dérangé vu le style employé. Cette nouvelle est très bien écrite et emploi parfois des structures complexes et peu communes de nos jours (passé simple pour la première personne du pluriel,...).

C'est un livre qui m'a plu. Pendant la lecture, j'ai parfois été lassée par la succession de pleins d'émotions contradictoires mais après réflexion c'est un livre qui m'a fait réfléchir sur ces émotions et qui m'a encore plus initié à aller vers l'autre. Il y a l'histoire et ce qui par la suite nous revient de l'histoire et ceci donne une bonne leçon de vie.


7.5/10

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sept contes de Michel Tournier

La lecture numérique et moi

Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé