People or not people de Lauren Weisberger

Je finis tout juste ce roman, c'est donc à chaud que je vous fait cet article. Je l'ai finis assez rapidement, certains pourront penser qu'il m'a passionné, d'autres que je voulais couper cours à cette lecture. Vous comprendrez tout lorsque je vous donnerai mon avis.


Titre : People or not people

Auteur : Lauren Weisberger
Qui est elle? Ancienne assistante personnelle d'Anna Wintour (éditrice chez Vogue), elle est aussi l'auteur du best seller adapté au cinéma "Le diable s'habille en Prada".

Genre : Roman
Œuvre : Beth a 26 ans et travaille 80 heures par jour pour un patron odieux, vit seule avec son hypoallergénique, depuis que son petit ami l'a plaquée pour un mannequin. Mais lorsque sa meilleure amie lui annonce ses fiançailles, elle plaque tout. Elle découvre les "joies" du chômage, jusqu’au jour où son oncle la remet au travail. Mais pas n'importe quel travail, une place dans une boîte de relations publiques à la mode à Manhattan où elle va rencontrer des VIP, passer des nuits blanches et découvrir ce que le mot tabloïds signifie.


Nombres de pages : 459 pages

Edition : Fleuve noir

Prix : 19.50€

Mon avis :  Pour tout dire, je suis assez mitigée par ce livre. A certains moments du livre, j'étais complétement dans l'univers de la narratrice, alors qu'à d'autre je décrochais. Je trouve que le début est un peu trop long, on attend l'action. Ensuite, au milieu du roman, on est face à une répétition de choses en permanence : des gens boivent, sont saouls, dépensent leur argent sans comptés,.... Il n'y a réellement que la fin qui m'a captivé et encore elle me laisse sur ma faim. Au fur et à mesure, je me suis sentie écœurée de cette débâcle qui n'en finit pas : alcool, drogue, infidélité en tout genre, mensonge, trahison,... Je pense que parler de la jet set et la dépeindre de cette manière n'est pas forcément loin de la réalité mais pour la personne lambda que je suis, ça me fait frôler l'overdose sans toucher à un seul gramme de poudre blanche.
J'ai eu une impression de déjà vu par rapport au livre Le diable s'habille en Prada : "je ne sais pas m'habiller par rapport à mes collègue", "mon patron est odieux",....
Niveau littéraire, le livre se lit facilement, les constructions de phrases sont simples. Néanmoins, il y a beaucoup de répétitions de mots au fil des pages. Je crois que le pire est le nombre de fois où est utilisé le mot "super" car il est utilisé devant beaucoup d'autres adjectifs pour souligner le fait qu'ils sont "supers".
D'habitude j'adore ce genre de livre mais pour celui ci la magie n'a pas opéré, je n'ai pas réussi à rentrer entièrement à l'intérieur. C'est sympathique à lire mais pas passionnant. Il y a une certaine ironie et des traits d'humour mais ce n'est pas le livre du siècle selon moi.




           Je lis ce livre dans le cadre du défi read me i'm fashion organisée par le blog de L'irrégulière.


Commentaires

  1. Moi aussi j'ai eu l'impression que l'auteure surfait juste sur Le diable s'habille en Prada, du coup, il y a beaucoup de similarités!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me rassure, je ne suis pas la seule. D'ailleurs, je crois que c'est la chose qui m'a le plus déçue.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour tous vos commentaires, ils font vivre ce blog.

Posts les plus consultés de ce blog

Sept contes de Michel Tournier

La lecture numérique et moi

[SP] Elsa, autopsie d'un coeur abimé de Laura D